Suivez-nous également sur @ABD_BVD!

Inforum

logo rvb small2En collaboration avec logo_kbr_2010

 

Organisé avec le soutien de

 ebsco logo 294   logo_swets_2014  logo_LexisNexis_2011

 

Programme

MATIN

Modérateur : Patrick Vanouplines, Hoofdbibliothecaris Vrije Universiteit Brussel

ACCUEIL


INTRODUCTION ET PRÉSENTATION DE LA JOURNÉE

par Patrick Lefèvre, directeur général de la Bibliothèque royale de Belgique (KBR),

Vincent Maes, président de l’ABD-BVD,

et Marc Van den Bergh, coordinateur de l’Inforum 2009


INFORMER ET INSPIRER – PRENDRE L’INFORMATION AU SERIEUX

par Rik Maes, Hoogleraar informatie- en communicatiemanagement, Universiteit van Amsterdam, Pays-Bas

Lors de la dernière décennie, nous avons été fort occupés à donner forme à la fourniture d’information.  Des développements récents dans l’informatique nous incitent à jouer un rôle plus proactif en tant que gestionnaires de l’information. Un vibrant plaidoyer pour “inspirer” plutôt que”informer” et une recherche basée sur la curiosité quant à la manière dont nous pouvons remplir ce nouveau rôle.

Télécharger (NL)


PAUSE


LA NÉGOCIATION INFORMATIONNELLE ENTRE L’USAGER ET LE DOCUMENTALISTE-BIBLIOTHÉCAIRE

par Yves-François Le Coadic, Professeur émérite de Science de l’information au Conservatoire National des Arts et Métiers et responsable du Séminaire doctoral dans cette discipline à l’Université de Marne-la-Vallée, France

La satisfaction du besoin d’information des usagers des services d’information est l’alpha et l’oméga des métiers de l’information et de la documentation. Pour l’atteindre, une difficile négociation doit s’effectuer. On l’étudiera pas à pas à travers l’analyse des interactions informationnelles des usagers avec les documentalistes-bibliothécaires et/ou avec les systèmes électroniques d’information.

Télécharger (EN)


LA SATISFACTION DES USAGERS

par René Patesson, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles, Directeur du Centre de Psychosociologie de l’Opinion

La satisfaction des usagers semble généralement être la mesure de la qualité et de la pertinence des actions menées pour eux. L’exposé portera sur le concept même de la satisfaction : est-il aussi simple qu’il y paraît et traduit-il bien ce que l’on cherche à verifier ? Ensuite on examinera les principes des méthodes de la mesure de la satisfaction des usagers, leurs intérêts et leurs limites. Enfin des exemples d’études de satisfaction seront présentés ainsi que les conclusions que l’on peut en dégager.


LUNCH


APRÈS-MIDI

Modérateur : Paul Thirion, Directeur général du Réseau des bibliothèques de l’Université de Liège

par Isabelle Somville-Cornet, présidente du jury du prix ABD-BVD

(ex æquo)
Lauréate : Isabelle Debrichy, Bachelière en bibliothéconomie et documentation – Haute Ecole de Namur – Malonne
Titre du mémoire présenté : Projet de mise en place d’un centre de documentation au sein du Mouvement Wallon pour la Qualité : implantation et intégration de quelques outils bibliothéconomiques.
Lauréat : Thomas Bihay, Bachelier en bibliothéconomie et documentation – Haute Ecole de Namur – Malonne
Titre du mémoire présenté : EchosDoc : analyse critique d’un répertoire spécialisé en information et documentation : essai d’amélioration et de mise à jour.

LE NETWORKING SOCIAL COMME OUTIL D’INFORMATION BUSINESS

par Arthur Weiss, Managing partner, Aware, Stanmore, Middlesex, Royaume-Uni

Le public voit le networking social comme une activité de jeunes ou centrée sur les adolescents.  En fait, il y a plusieurs manières dont les entreprises peuvent bénéficier de tels outils.  Ceux-ci incluent les réseaux de groupes de pairs ainsi que beaucoup d’autres utilisations qui vont de la recherche de partenaires d’affaires aux chasseurs de tête chez les concurrents en passant par la recherche de marchés.  Il y a aussi des dangers, à la fois pour les sociétés et pour les participants au site.  Cependant les sites de networking social ne devraient pas être ignorés – ils risquent de devenir de plus en plus importants comme moyen de communication avec tous types de contact dans un futur proche.

Télécharger (EN)


PAUSE


SPOETNIK

par Alice Doek, Hoofd informatiediensten, bibliotheek Universiteit van Amsterdam, Pays-Bas

La bibliothèque de l’université d’Amsterdam a offert en 2008 à ses collaborateurs un cours online sur les nouvelles applications web sous le nom de Spoetnik.  C’était un arrangement propre de ”23things”.  Plusieurs dizaines de collaborateurs ont grâce à Spoetnik acquis une connaissance pratique et ont réfléchi à, entre autres, blogging, RSS, wikis, au bookmarking social et à la manière dont la bibliothèque peut utiliser ces techniques dans ses prestations de service.  Dans cette présentation, Alice Doek approfondira le programme Spoetnik et ce qu’il a généré.

Télécharger (NL)


LA FORMATION À LA MAITRISE DE L’INFORMATION, SOCLE DES SOCIÉTÉS DU SAVOIR

par Abdelaziz Abid, Consultant UNESCO, Paris, France

Tout au long de la vie, plus on apprend et plus on connaît, mais surtout plus vite on maîtrise et acquiert des capacités, habitudes et attitudes d’apprentissage efficaces plus on maîtrise l’information. L’aptitude à utiliser ces capacités, habitudes et attitudes permet de prendre des décisions judicieuses sur les plans personnel et familial comme sur les plans de la santé et du bien-être, de l’éducation, de la citoyenneté et de l’emploi. La formation à la maîtrise de l’information constitue une compétence clé dans l’environnement changeant et compétitif du 21ème siècle. Elle constitue le socle des sociétés du savoir que l’UNESCO promeut depuis le Sommet mondial sur la société de l’information.

Télécharger (FR)


CLÔTURE

par Marc Van den Bergh, coordinateur de l’Inforum 2009


RÉCEPTION

logo rvb small2En collaboration avec logo_kbr_2010

 

Organisé avec le soutien de

    logo_swets_2014  logo_LexisNexis_2011ebsco logo 294 logo_infor_2015logo_dowjones

 

Programme

MATIN

Modérateur : Julien Van Borm, bibliothécaire principal honoraire de l’Université d’Anvers

ACCUEIL


INTRODUCTION ET PRÉSENTATION DE LA JOURNÉE

par Willy Vanderpijpen, chef de département à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR),

et Paul Heyvaert, président de l’ABD-BVD


FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUÉE: PRINCIPES ET BONNES PRATIQUES

par Jana Varlejs, professeur associé de la Rutgers School of Communication, Information and Library Studies (SCILS), New Jersey, États-Unis

Une section de l’FLA a rédigé un manifeste pour la qualité du développement professionnel et l’apprentissage sur le lieu de travail.  Il est maintenant nécessaire de trouver un moyen pour sécuriser l’engagement des professionnels de la documentation et des bibliothèques ainsi que de leurs institutions et associations, en faveur de ces recommandations et de leur implémentation.

Télécharger (EN)


PAUSE


LA DÉMARCHE QUALITÉ DANS LES MÉTIERS DE L’INFORMATION: CONTRAINTE OU RESSOURCE

par Marc Impe, président du conseil d’administration du Service pour la transformation, l’innovation et le changement social (STICS), Bruxelles

Comment positionner une démarche qualité dans les métiers de l’information? Démarche normative ou souci du service clients?  « La petite maison de la grande qualité » : les piliers d’une démarche. Caler la démarche qualité sur le processus. L’implantation en douceur d’une démarche qualité.

Télécharger (FR)


LA CARTE DE L’INFORMATION: L’INFORMATION COMME ÉLEMENT STRATÉGIQUE DE L’ORGANISATION

par Jan Van Hee, administrateur délégué, senior advisor de Maarifa, Berlare

La gestion de l’information d’une organisation devient de plus en plus complexe.  Au moyen de prouesses technologiques, on essaie d’offrir des solutions toutes faites.  La plupart de ces projets échouent parce que la réalisation d’un audit d’information a été négligée.  Des exemples nous conduisent à cet audit d’information qui se termine par une “carte de l’information” : un schéma qui permet la compréhension des besoins en information, des flux d’information et de leur stockage dans l’organisation.

Télécharger (NL)


LUNCH


APRÈS-MIDI

Modérateur : Jean Moulin, directeur du Service d’Information Scientifique et Technique


LA CoP (communauté de pratique) OUTIL DE COLLECTE ET DE PARTAGE DES BONNES PRATIQUES 

par Jean-Louis Janssens, knowledge & communication manager, SUEZ University, Bruxelles

Le partage de la connaissance est de plus en plus impérieux dans un monde toujours plus global, plus concurrentiel, plus complexe. Quelles pistes privilégier dans les entreprises, organisations, associations pour faciliter l’échange des bonnes pratiques. Retour d’expérience de l’approche « CoP KM » conduite dans le groupe SUEZ.

Télécharger (EN)


PAUSE


BONNES PRATIQUES POUR L’INFORMATION DES COLLECTIONS MUSÉALES

par Wilbert Helmus, chef de service de la gestion de collection et des connaissances du Friesch Museum et du Nationaal Keramiekmuseum Princessehof, Leeuwarden, Pays-Bas

Les musées disposent de riches quantités d’information et souhaitent que leur fourniture d’informations corresponde aux souhaits du public.  Quelles tendances apparaissent sur le terrain de l’information des collections de musées?  Quelle place les normes telles que PECTRUM-N prennent-elles dans les bonnes pratiques du terrain de l’héritage culturel?  On abordera aussi l’intérêt de la conservation des données et les différentes formes qu’elles peuvent prendre dans les musées.

Télécharger (NL)


BONNES PRATIQUES POUR LA RÉALISATION D’UNE BIBLIOTHÈQUE EN LIGNE

par Andrea Simmons, product manager d’ Integrated New Media (INM), Montréal, Canada

Un des plus grands défis que rencontrent aujourd’hui les gestionnaires de l’information est d’organiser et de présenter de très gros volumes d’information sur le web.  Cette session sera consacrée au rôle de la bibliothèque numérique qui met en ligne des contenus très importants pour que de nombreux utilisateurs puissent les utiliser et y effectuer des recherches.  Les principaux sujets couverts seront : les besoins de base, trucs et astuces, exemples et facteurs importants à prendre en compte.

Télécharger (EN)


CLÔTURE


RÉCEPTION

 

logo rvb small2En collaboration avec logo_kbr_2010

 

Organisé avec le soutien de

    logo_swets_2014  logo_LexisNexis_2011ebsco logo 294

 

Programme

MATIN

ACCUEIL


INTRODUCTION ET PRÉSENTATION DE LA JOURNÉE

par Willy Vanderpijpen, chef de département à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR),

et Paul Heyvaert, président de l’ABD-BVD


UN APERCU DE QUELQUES NOUVELLES TECNHOLOGIES ET DE LEUR PERTINENCE POUR LES PROFESSIONNELS DE L’INFORMATION

par David Tebbutt, consultant indépendant, Royaume-Uni

David Tebbutt s’intéresse aux logiciels depuis plus de 40 ans et, en tant que journaliste s’adressant aux professionnels de l’information, il suit de près les nouveaux développements qui peuvent être intéressants pour la profession.  Mais qu’entend-t-on par « nouvelles technologies » ? David Tebbutt essaiera de répondre à cette question en nous donnant une vue d’ensemble des technologies à présent disponibles. Il nous expliquera également quels sont les avantages et les inconvénients de leur utilisation dans le cadre de bibliothèques ou de centres de documentation.

Télécharger (FR/NL)


UN REGARD CRITIQUE SUR LES NOUVELLES TECHNIQUES DE CLASSIFICATION

par Céline Van Damme, assistante de recherche, Studies in Mathematics, Operational research, Statistics and Information systems (MOSI), Vrije Universiteit Brussel

Le World Wide Web a connu une véritable explosion de publications ces dernières années. Cela complique fortement le processus de recherche d’information. Afin de résoudre ce problème, on voit de plus en plus apparaître de nouvelles techniques de classification sur le web: « folksonomies » et ontologies. Celles-ci seront expliquées pendant la présentation et comparées aux techniques de classification traditionnelles des documentalistes.

Télécharger (NL)


PAUSE


DÉBAT

animé par Jean Michel, ingénieur consultant indépendant, Jean MICHEL Conseil, France


REMISE DU PRIX DE L’ASSOCIATION BELGE DE DOCUMENTATION

par Isabelle Somville-Cornet, présidente du jury du prix ABD-BVD

Lauréate : Virginie Tacq, Bachelière en bibliothéconomie et documentation diplômée par la Haute Ecole Léon-Eli Troclet (Liège)

Titre du mémoire présenté : La classification de la Library of Congress : étude et adaptation à la Bibliothèque de Psychologie et des Sciences de l’Education de l’Université Catholique de Louvain.

LUNCH


APRÈS-MIDI


LA MATURITÉ DES LOGICIELS LIBRES DANS LE CADRE DES ORGANISATIONS AU SENS LARGE

par Diane Revillard, directrice de projets, Di&Mark

Le secteur de l’informatique connaît actuellement des mutations très significatives dans son mode de fonctionnement, ses marchés et ses offres. Ces bouleversements sont en grande partie induits par des logiciels libres. Longtemps confinés au monde scientifique et aux grandes administrations, l’organisation au sens large y a désormais recours car leur maturité n’est plus à prouver. Les logiciels libres s’inscrivent dans une stratégie durable de l’organisation : l’implication importante des acteurs majeurs de l’internet à leur égard renforce encore leur potentiel de développement.

Télécharger (FR)


WEB 2.0 OU COMMENT UN RÉSEAU AIDE À COMBATTRE L’AVALANCHE D’INFORMATIONS QUE LES UTILISATEURS RECOIVENT

par Kristof Michiels, chercheur, Studies on Media, Information & Telecommunication (SMIT), Vrije Universiteit Brussel

Le Web 2.0 fait du public à la fois un producteur et un consommateur. Auparavant, la publication de contenu sur le web passait par un système de diffusion « one-to-many » (de un à plusieurs), via la communication d’informations à des individus. Le Web 2.0 fait davantage que fournir de l’information : il facilite un modèle conversationnel « many-to-many » (de plusieurs à plusieurs) entre individus, sans médiation rigide ou sans le contrôle d’organisations. Ceci permet de fournir une quantité importante de contenu généré par les utilisateurs. Pensons un instant à l’encyclopédie Wikipédia, créée par des utilisateurs finaux. Cette collaboration implicite entre utilisateurs est aussi employée dans de nombreux cas pour structurer l’offre et faciliter le plus possible le processus de recherche. Dans sa présentation, Kristof Michiels développera à l’aide de nombreux exemples la manière dont cela se passe dans le monde du Web 2.0. Il s’attardera également sur les possibilités et les conséquences que tout cela a pour les institutions traditionnelles telles que les bibliothèques et les centres de documentation.


PAUSE


DÉBAT

animé par Inge Van Nieuwerburgh, coordinatrice de la bibliothèque digitale, Universiteit Gent


ET NOUS DANS TOUT CA?

session interactive animée par Inge Van Nieuwerburgh, coordinatrice de la bibliothèque digitale, Universiteit Gent,

et Jean Michel, ingénieur consultant indépendant, Jean MICHEL Conseil, France.

Comment nous situons-nous par rapport à ces technologies ? Sont-elles à notre portée, nous qui ne sommes que de simples utilisateurs, généralement formés sur le tas, et simplement armés de notre curiosité professionnelle et d’un sens critique parfois exacerbé ? Nous reconnaissons-nous en ce documentaliste 2.0 ? S’agit-il toujours du même métier ? Ne sommes-nous pas les mieux placés pour donner un avis sur une profession en mutation perpétuelle? Partageons nos expériences, nos déceptions et nos espoirs aussi !


RÉCEPTION

logo rvb small2En collaboration avec logo_kbr_2010

 

Programme

MATIN

ACCUEIL


INTRODUCTION ET PRÉSENTATION DE LA JOURNÉE

par Willy Vanderpijpen, chef de département à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR),

Philippe Laurent, président de l’ABD-BVD,

et Vincent Maes, coordinateur de l’Inforum 2006


SERVICES D’INFORMATION ET CLIENTÈLES : LE RÔLE DU MARKETING

par Réjean Savard, professeur titulaire, École de bibliothéconomie et des sciences de l’information (EBSI), Université de Montréal, Canada

Qu’est-ce vraiment que le marketing ? Comment peut-il aider les bibliothèques et les centres de documentation ? Comment l’utilise-t-on un peu partout dans le monde ? Quelles sont les implications de son utilisation pour les gestionnaires de services d’information ? Au programme : définitions, aspects théoriques, aspects pratiques. Un tour d’horizon du marketing des services d’information.

Télécharger (FR)


DÉTERMINER LES BESOINS EN INFORMATION DANS LE CADRE D’UNE ENTREPRISE

par Mia Brugmans, Business Intelligence, Inbev

Un sondage pour déterminer les besoins en information d’une institution peut être une entreprise considérable, mais cela peut également être réalisé à une échelle déterminée ou consister en une suite de sondages de moindre importance. Quelles sont les principales raisons qui poussent à réaliser un tel sondage de nos jours ? L’organisation ou la ré-organisation de bibliothèque ou de service d’information, la gestion des connaissances, l’intranet, la gestion (électronique) des documents et des archives, la protection des données. Au moyen d’exemples, on montrera comment la théorie peut être mise en pratique.

Télécharger (NL)


VERS UNE CERTIFICATION EUROPÉENNE DANS LE SECTEUR DE L’INFORMATION ET DE LA DOCUMENTATION : UN AVANTAGE POUR LE CLIENT (NL)

par Marc Van den Bergh, administrateur de l’ABD-BVD, membre du jury CERTIDOC

Dans plusieurs pays européens, il existe une tendance à valider les compétences professionnelles, et à ne plus se baser uniquement sur le diplôme. Pour une partie importante du secteur de l’information et de la documentation, le Consortium CERTIDOC a finalisé un Euroréférentiel, applicable dans plusieurs pays européens. L’Association Belge de Documentation y a collaboré et participe aux jurys de certification de différents niveaux (assistant, technicien, manager, expert).

Télécharger (NL)


PAUSE


DÉBAT

animé par Dirk Van Eylen, conseiller en gestion des connaissances, Service Public Fédéral Personnel et Organisation – Gestion des connaissances


LUNCH


APRÈS-MIDI


LA VISIBILITÉ ET LE MARKETING DE LA DOCUMENTATION EN SANTÉ

par Llewellyn Losfeld, documentaliste-webmaster au FARES (Fonds des Affections RESpiratoires)

Depuis des décennies maintenant, les centres de documentation et les bibliothèques spécialisés en santé font partie du quotidien des chercheurs et des étudiants. Face à l’instabilité liée au manque de financement se retrouve néanmoins une qualité intrinsèque à notre profession et (presque) inépuisable : notre souhait constant de susciter l’apprentissage des connaissances des utilisateurs. De cette envie naît la volonté commune de développer et d’enrichir nos expériences via des réseaux documentaires. Mais entre cet idéal et la réalité du quotidien existe un énorme fossé. Si la visibilité est bel et bien nécessaire, la reconnaissance et le succès qu’elle peut générer entraînent parfois des difficultés. Face aux nombreux changements affectant son environnement, le bibliothécaire doit perpétuellement se remettre en question.

Télécharger (FR)


GAGNER DES CLIENTS, UNE QUESTION DE CHOIX !

par Bart van der Meij, directeur de projets, Reekx, Pays-Bas

L’environnement dans lequel opèrent les bibliothèques, les centres de documentation ou d’information devient de plus en plus complexe, avec davantage de concurrence, de nouvelles techniques, de clients qui s’émancipent etc. Tout ceci entraîne des conséquences importantes pour la position du service au sein de son institution ou de son marché. Le positionnement et les attentes en matière de prestations sont remis en question. Dans beaucoup de cas, on s’aperçoit qu’existent, ou qu’apparaissent, le besoin d’un service nouveau ou renouvelé, l’envie de produits et de services autres ou améliorés, de nouveaux processus de travail, de nouveaux groupes-cibles ou marchés et surtout des spécialistes de l’information d’un autre genre. En fonction de différents thèmes de marketing et d’exemples tirés de sa pratique comme consultant, Bart van der Meij vous aide à trouver vous-même le bon chemin; il éclaire les concepts du marketing orienté client, il joue l’avocat du diable et confronte les auditeurs à leur propre clientèle.

Télécharger (NL)


PAUSE


CLIENT DIFFICILE ? QUE SE PASSE-T-IL ?

par Marc De Tienne, learning advisor au FOPAS, Fonds de promotion de l’emploi et de la formation dans le secteur de l’assurance, formateur de Junior Chamber International (JCI)

“Cela fait trois semaines que j’attends la documentation que vous m’aviez promise dans ‘les trois jours’ !!” Incompréhension ? Malentendu ? Mauvaise foi ? Au cours de cet exposé, nous examinerons les différents types de clients difficiles et les raisons qui nous les font passer pour tels. La prise de conscience de la nature du décalage entre le client et nous, nourrira les pistes de solution pour établir une relation plus harmonieuse. Nous verrons donc les outils et les étapes de communication utiles pour aider progressivement le client à revenir sur une position plus appropriée à la discussion.

Télécharger (FR)


VERS UNE CERTIFICATION EUROPÉENNE DANS LE SECTEUR DE L’INFORMATION ET DE LA DOCUMENTATION : UN AVANTAGE POUR LE CLIENT (FR)

par Isabelle Somville-Cornet, administratrice de l’ABD-BVD, membre du jury CERTIDOC

Dans plusieurs pays européens, il existe une tendance à valider les compétences professionnelles, et à ne plus se baser uniquement sur le diplôme. Pour une partie importante du secteur de l’information et de la documentation, le Consortium CERTIDOC a finalisé un Euroréférentiel, applicable dans plusieurs pays européens. L’Association Belge de Documentation y a collaboré et participe aux jurys de certification de différents niveaux (assistant, technicien, manager, expert).

Télécharger (FR)


DÉBAT

animé par Michel Dorban, professeur; responsable de la section bibliothèques, maîtrise en science et technologies de l’information, UCL


RÉCEPTION

logo rvb small2En collaboration avec logo_kbr_2010

 

Programme

MATIN

ACCUEIL


INTRODUCTION ET PRÉSENTATION DE LA JOURNÉE

par Willy Vanderpijpen, chef de département à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR),

et Philippe Laurent, président de l’ABD-BVD


ENTERPRISE CONTENT MANAGEMENT, HYPE OU RÉALITÉ ?

par Peter Hinssen, Business Consultancy, Amplexor

Alors que les gestionnaires d’entreprises s’enthousiasment pour l’Enterprise Content Management (ECM), les spécialistes de l’information s’interrogent. S’agit-il d’un nouveau paradigme ou du énième avatar des systèmes d’information qui leur sont familiers ? Ont-ils un rôle à jouer ? Peuvent-ils utilement faire valoir leurs compétences ? Peter Hinssen explore les différents aspects de l’ECM et nous éclaire sur les concepts que cache ce terme générique.


SÉLECTION ET ÉVALUATION DE SYSTÈMES DOCUMENTAIRES

par Vincent Maes, Business Consultant, Alliance Nationale des Mutualités Chrétiennes

Pourrions-nous satisfaire les utilisateurs de nos services d’information sans système documentaire ? Le système parfait n’existant pas, il s’agit de réduire autant que possible le risque de mauvais choix lors du long processus de sélection et d’évaluation. Sur base de l’expérience acquise lors de plusieurs projets, l’orateur en présentera une analyse détaillée des différentes étapes. Il en dégagera des recommandations pratiques pour ceux qui projettent d’adopter ce parcours.

Télécharger (FR)


PAUSE


DÉBAT

animé par Marcel Roofthoofd, président BELAIIM


REMISE DU PRIX DE L’ASSOCIATION BELGE DE DOCUMENTATION

par Isabelle Somville-Cornet, présidente du jury du prix ABD-BVD

Lauréate : Aude Alexandre, DES en Sciences et Technologies de l’Information – Université libre de Bruxelles – Section Infodoc

Titre du mémoire présenté : Évaluation des apports d’une ontologie au niveau de l’exploitation et de l’organisation de la connaissance, comparaison avec les possibilités d’un thesaurus.

LUNCH


APRÈS-MIDI


LES NOUVELLES TENDANCES DES LANGAGES DOCUMENTAIRES

par Ron Davies, expert conseil indépendant

Les nouvelles applications de gestion d’information, la mondialisation de la société de l’information, la vaste gamme de ressources disponibles sur Internet et le rêve de créer un web sémantique: toutes ces évolutions ont créé de nouveaux besoins et ont fortement changé la donne pour les langages documentaires. De nouveaux types d’outils ont donc été créés, telles les taxonomies et les ontologies. L’intervenant expliquera quelle est l’influence de ces tendances sur les activités de développement ou de révision des normes nationales et internationales.

Télécharger (FR)


THESAURI, ONTOTHESAURI: LEUR CONSTRUCTION, LEUR MAINTENANCE ET LEUR UTILISATION

par Fernand Vandamme, The Babbage Institute for Knowledge and Information Technology (BIKIT)

L’auteur donnera un aperçu des nouveaux développements dans le domaine de la gestion du contenu, qui se basent sur une approche “thesauri” et “ontothesauri”. Quelques démonstrations mettront l’accent sur la construction, la maintenance et l’utilisation de ces systèmes.

Télécharger (EN)


PAUSE


EUROVOC, THÉSAURUS MULTILINGUE: MAINTENANCE ET ASPECTS PRATIQUES

par Isabelle Gautier, Comité de maintenance Eurovoc, Parlement Européen

Eurovoc, thésaurus multilingue développé par le Parlement européen, est devenu un outil documentaire de plus en plus prisé. Cet exposé présentera le thésaurus, ses spécificités et sa maintenance ainsi que son utilisation quotidienne dans le cadre de la bibliothèque du Parlement européen.

Télécharger (FR)


DÉBAT

animé par Corentin Roulin, Retail Business Information Manager, La Poste


RÉCEPTION

logo rvb small2En collaboration avec logo_kbr_2010

 

Programme

MATIN

ACCUEIL


INTRODUCTION ET PRÉSENTATION DE LA JOURNÉE

par Willy Vanderpijpen, chef de département à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR),

et Philippe Laurent, président de l’ABD-BVD


SENS ET NON-SENS DE LA GESTION DES COMPÉTENCES

par Dick De Bie, conseiller didactique et publiciste, BDF Adviesgroep, Pays-Bas

D’où vient cet intérêt pour les compétences ? – Que sont au juste les compétences aujourd’hui ? – Quels en sont la raison et le non-sens ? – Que recouvrent les compétences dans l’enseignement professionnel ? – Quelles sont les conséquences pratiques des compétences pour l’apprentissage et l’enseignement (avec des exemples tirés de la formation de spécialistes de l’information et de documentalistes) ?

Télécharger (NL)


ÉVALUATION, GESTION ET DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES

par Monique Watelet et Elisabeth De Vos, business consultants, Mercuri Urval

Les personnes constituent la principale ressource d’une entreprise ou d’une organisation. C’est d’ailleurs la seule ressource capable de créer des résultats. Au cours des 30 dernières années, Mercuri Urval a évalué des centaines de milliers de personnes dans le cadre d’une fonction particulière ou en relation avec le développement d’une entreprise ou d’une organisation. L’intervention portera sur l’expertise développée par Mercuri Urval en matière d’évaluation, de gestion de la dynamique des fonctions et des individus, et de développement des compétences.


PAUSE


DÉBAT

animé par Dirk De Beukelaer, Information Center Manager, Agfa-Gevaert


REMISE DU PRIX DE L’ASSOCIATION BELGE DE DOCUMENTATION

par Isabelle Somville-Cornet, présidente du jury du prix ABD-BVD

Lauréat : Bruno Vermeeren, Universiteit Antwerpen – Informatie- & Bibliotheekwetenschap

Titre du mémoire présenté : De constructie van een geïntegreerde thesaurus voor gebruik in een vrije-tekstomgeving.

LUNCH


APRÈS-MIDI


LES PROFILS DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES DANS LE SECTEUR DE LA FOURNITURE D’INFORMATION

par Anne Roose et Leen Verachtert, collaboratrices aux profils professionnels, Sociaal-Economische Raad van Vlaanderen (SERV)

Depuis 1997, le SERV développe des profils de compétences professionnelles et, depuis 2000, des structures de professions selon une méthode développée scientifiquement et suivant un accord de collaboration avec des partenaires sociaux et des fonds d’études sectoriels, ainsi que, parfois, avec les associations professionnelles et les commissions sectorielles du SERV. Pour le secteur de la fourniture d’information aussi, une structure professionnelle et 4 profils de compétences ont été développés en 2002 et 2003. Ceux-ci seront présentés sur base de la méthodologie d’élaboration de profils professionnels.

Télécharger (NL)


PROFESSIONNELS DE L’INFORMATION ET DOCUMENTATION EN ESPAGNE : LE CHEMIN VERS LE SYSTÈME EUROPÉEN DE CERTIFICATION DE CERTIDOC

par Carlos Miguel Tejada Artigas, membre du comité de direction de la SEDIC (Sociedad Española de Documentación e Información Científica), représentant dans le projet CERTIDOC, Espagne

La SEDIC est une des plus importantes associations du domaine en Espagne. Depuis 1997, elle procède à travers son Service de Certification à la certification des professionnels de l’information et la documentation. Après une brève présentation de la procédure à suivre pour évaluer les connaissances des candidats (différents règlements, prérequis que doivent avoir les demandeurs, les barèmes, les organismes de certification, etc.), le point sera fait sur l’expérience acquise par la SEDIC pendant ces six années en présentant le nombre de personnes certifiées, le niveau auquel les professionnels ont postulé, le profil des demandeurs de certification, etc. En conclusion seront abordées les attentes de la SEDIC concernant le projet européen de certification CERTIDOC.

Télécharger (FR)


PAUSE


TECHNOLOGIES D’INFORMATION ET DE COMMUNICATION (TIC) ET MÉTIERS EN ÉMERGENCE

par Marc Zune, chercheur, Laboratoire d’Etudes sur les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (LENTIC), Université de Liège

Depuis quelques années, les Technologies d’Information et de Communication (TIC) ont fortement contribué à modifier les manières traditionnelles de réaliser un certain nombre d’activités professionnelles. Le secteur de l’édition et de la documentation a ainsi été particulièrement affecté par cette évolution. Car les TIC ne sont pas seulement porteuses de nouvelles combinaisons de connaissance, de compétences et de caractéristiques de champs professionnels autrefois considérés comme distincts. Elles contribuent également à transformer les rapports à l’organisation et au marché du travail. L’intervention portera précisément sur cette thématique de l’émergence de “nouvelles logiques professionnelles” liées au développement des TIC en décrivant les spécificités, les processus ainsi que les enjeux qu’elles représentent en termes de formation.

Télécharger (FR)


DÉBAT

animé par Jean-Michel Rauzier, éditeur, Le Documentaliste


RÉCEPTION

logo rvb small2En collaboration avec logo_kbr_2010

 

Programme

MATIN

ACCUEIL


INTRODUCTION ET PRÉSENTATION DE LA JOURNÉE

par Willy Vanderpijpen, chef de département à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR),

et Philippe Laurent, président de l’ABD-BVD


LA PLACE DE L’INFORMATION DANS L’ÉCONOMIE : LA QUESTION DE LA VALEUR AU CENTRE DES ENJEUX

par Daniel Confland, Directeur du développement, Groupe Jouve, France

L’information apparaît aujourd’hui comme un discriminant concurrentiel fort entre les entreprises et les organisations. Or, la valeur économique de l’information fait toujours débat, et la faisabilité de sa mesure encore plus ! Parce qu’entre autres difficultés l’information n’a pas de valeur en soi en dehors de l’usage qui en est fait, le rapport coût-efficacité a toujours été d’un maniement délicat et sujet à controverses. Face à des interrogations autant doctrinales qu’opératoires, c’est la progression nécessaire de l’utilisation pertinente de l’information comme arme de développement et de compétitivité économiques qui risque de se trouver posée. Rien de surprenant donc à ce que la question de la valeur prenne aujourd’hui dans le champ d’analyse plus vaste de l’économie de l’information une place déterminante.

Télécharger (FR)


LE JUSTE PRIX DE L’INFORMATION : SON CALCUL ET SA REFACTURATION INTERNE DANS UNE ENTREPRISE MULTINATIONALE

par Christian Thiriaux, Development Manager, Intellectual Assets Management, Solvay SA

Dans les entreprises, les centres de documentation et bibliothèques sont de plus en plus souvent mis en concurrence avec des services commerciaux extérieurs. Leur reconnaissance passe par la valeur ajoutée qu’ils apportent mais aussi par la transparence des coûts :
– calcul d’un juste prix pour un rapport qualité/prix concurrentiel, admis par l’ensemble des clients internes, comprenant l’identification et la justification claires des différentes composantes pour chaque gamme de services proposés ;
– un système de refacturation interne, adapté à la structure de la société et basé sur des tarifs clairement définis, privilégiant la facturation à la transaction (« pay as you use ») par rapport à une facturation forfaitaire avec clé de répartition ;
– une sensiblisation des coûts auprès des différents acteurs (professionnels de l’information et utilisateurs finals) : toute information a un coût, mais il peut être maîtrisé!
– un budget équilibré.
Les modèles appliqués par le Département « Technical Information » de SOLVAY sont présentés à titre d’exemples (revues de presse scientifiques, recherches bibliographiques, accès aux documents primaires).

Télécharger (FR)


PAUSE


LIBECON, UNE ÉTUDE DE L’ÉCONOMIE INTERNATIONALE DES BIBLIOTHÈQUES

par Pascale Van Dinter, Collaboratrice scientifique du Service d’Information Scientifique et Technique (SIST)

LibEcon est un projet européen qui a pour but de collecter les statistiques relatives aux bibliothèques par pays et de manière uniforme, et de publier ces données normalisées sur le site Internet du projet LibEcon. Les statistiques LibEcon sont basées sur les normes ISO2789 (International Standard on Library Statistics) et ISO1162 (Library Performance Indicators), fruit du travail de l’IFLA et de l’UNESCO. En Belgique, le Service fédéral d’Information Scientifique et Technique (SIST) coordonne la collecte des données pour la Bibliothèque Royale, les bibliothèques publiques, les bibliothèques des institutions d’enseignement supérieur et les bibliothèques spéciales. Le SIST travaille également en collaboration avec les coordinateurs des domaines. Lors de cette présentation, les sujets suivants seront abordés :
– l’importance des statistiques de bibliothèques ;
– les objectifs du projet LibEcon ;
– le point sur la question au niveau de la Belgique ;
– le point sur la question au niveau mondial.

Télécharger (EN)


DÉBAT

animé par Willy Vanderpijpen, chef de département à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR)


LUNCH


APRÈS-MIDI


LES LICENCES DE CONSORTIUM : DANS QUELLE MESURE LES ACCORDS SONT-ILS INTÉRESSANTS ?

par Veerle Kerstens, analyste fonctionnelle, service informatique de la bibliothèque LIBIS ; coordinatrice Vlaams Overlegorgaan Wetenschappelijk Bibliotheekwerk (VOWB)

Dans le contexte de l’offre sans cesse grandissante en information électronique, et celui d’une courbe non moins ascendante des prix de ces sources, les bibliothèques scientifiques sont de plus en plus à la recherche de nouveaux modèles économiques pour l’accroissement de leur fonds. Il est de plus en plus difficile d’offrir à l’utilisateur final l’accès à toutes les sources pertinentes dans son domaine. En se rassemblant en consortium, les bibliothèques peuvent renforcer leur poids dans la négociation, et ainsi revendiquer de meilleures conditions de prix et de licences. De leur côté, les fournisseurs d’information perçoivent également des avantages dans les accords de consortium, notamment comme un moyen d’assurer (au minimum) leurs revenus. Habituellement, l’accord consiste aussi en un élargissement de l’offre d’information en échange d’un supplément relativement minime de prix par rapport à la dépense totale des membres du consortium. Cette présentation aborde un certain nombre de modèles économiques pour les contrats de consortium, notamment sur la base de l’expérience du projet du VOWB « Elektron ». Quels sont les avantages et les inconvénients des propositions actuelles des fournisseurs d’information pour les bibliothèques ? Dans quelle mesure resteront-elles applicables dans le futur ?

Télécharger (NL)


OPTIMISER LE RAPPORT COÛT-VALEUR DE L’INFORMATION PAR UNE MAÎTRISE DE LA PERTINENCE DES INFORMATIONS FOURNIES

par Muriel Hustin, Responsable des achats d’informations, Dexia Banque

Le contexte de la réduction drastique des coûts nous a amené à repositionner stratégiquement la documentation dans l’entreprise. Le « Management par la valeur », ou comment mettre en relation les services d’information et leurs coûts, nous a permis d’améliorer notre compétitivité en adaptant de manière très précise nos produits aux besoins des usagers.

Télécharger (FR)


PAUSE


COMBIEN L’INFORMATION GRATUITE COÛTE-T-ELLE À VOTRE ORGANISATION ?

par Peter Rosenbrand, Directeur, COBIDOC bv, Pays-Bas

L’information gratuite existe-t-elle vraiment, et, dans l’affirmative, dans quelle mesure est-elle utile ? Dans cette intervention, nous allons nous concentrer sur l’information importante pour la profession et l’entreprise. Certains utilisateurs souhaitent ne pas payer pour l’information, car on peut tout trouver sans frais sur Internet. Cette idée peut avoir des conséquences très coûteuses pour l’entreprise. Une autre opinion est que l’information devrait être gratuite. Cette discussion est surtout vive parmi les scientifiques, qui remettent en question le rôle des éditeurs scientifiques. Une troisième opinion est que l’information devrait en tout cas être gratuite pour l’utilisateur. En vérité, tout le monde convient que l’information n’est pas gratuite, mais semble gratuite. Celle-ci doit toujours être payée, même si ce n’est pas par l’utilisateur lui-même. Dans cette présentation, nous traiterons des contradictions entre information gratuite et information payante, de la question de savoir pourquoi l’information devrait être payante, pourquoi on accepte volontiers de payer pour l’information, et pourquoi, dans certains cas, l’information gratuite est considérée comme suspecte. Manifestement, l’idée persiste qu’on peut boire gratuitement, mais que quelqu’un d’autre paiera la note. L’expression typiquement hollandaise « goedkoop is duurkoop » prévaut ici aussi. Les différents aspects de l’opposition entre information gratuite et information payante seront aussi abordés, illustrés par les exemples indispensables.

Télécharger (NL/EN)


DÉBAT

animé par Simone Jérôme, convervatrice honoraire, Bibliothèque des Sciences, Université de Liège


par Marc Vandeur, président du jury du prix ABD-BVD

Lauréate : Liesbeth Baaten, Gegradueerde in het Bibliotheekwezen en de documentaire informatiekunde- CVO Pestalozzi – Antwerpen

Titre du mémoire présenté : Aanbevelingen voor een conserveringsbeleid voor geluidsarchief aan het stadsarchief Antwerpen.

RÉCEPTION

logo rvb small2En collaboration avec logo_kbr_2010

 

Programme

MATIN

ACCUEIL


INTRODUCTION ET PRÉSENTATION DE LA JOURNÉE

par Willy Vanderpijpen, chef de département à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR),

et Evelyne Luctkens, présidente de l’ECIA et Responsable administration, information et relations publiques, Shell Coordination Centre

Télécharger (FR/NL)


LUC PIRE ÉLECTRONIQUE, UNE NOUVELLE MAISON D’ÉDITION POUR UNE NOUVELLE FAÇON DE LIRE

par Luc Pire, Administrateur délégué de Tournesol Conseils S.A. – Luc Pire Électronique

Luc Pire Électronique, le département d’édition numérique des Editions Luc Pire existe depuis février 2001 et propose actuellement 25 livres numériques, 5 séries hebdomadaires, un site interactif et de nombreux projets. Après cette année d’expérimentation, les conclusions sont les suivantes :
– les retombées financières sont insignifiantes ;
– le trafic est considérable ;
– le succès médiatique est important ;
– de nombreux nouveaux partenaires ont montré leur intérêt pour cette activité.
La recherche dans ce domaine de l’édition se poursuivra selon les axes suivants :
– la synergie entre éditeurs ;
– la communication envers le grand public ;
– la gratuité des services proposés.

Télécharger (FR)


LE DÉPÔT ÉLECTRONIQUE: ARCHIVAGE NUMÉRIQUE ET CRÉATION DU DÉPÔT DES PUBLICATIONS ÉLECTRONIQUES NÉERLANDAISES

par Trudi Noordermeer, Chef de la Bibliographie Néerlandaise, Koninklijke Bibliotheek, La Haye, Pays-Bas

En 1996, la Koninklijke Bibliotheek, la bibliothèque nationale des Pays-Bas, élargissait aux publications électroniques les critères de sélection pour la bibliographie nationale, et donc du dépôt qui la complète. Depuis lors, des projets de recherche sont consacrés à la sélection, à l’acquisition, aux métadonnées, à l’authenticité et à l’authentification, aux systèmes de stockage, aux techniques de conservation, etc. La Koninklijke Bibliotheek a ainsi rassemblé des milliers de publications hors-ligne (CD-ROMs, disquettes, cassettes, etc.) et en ligne (périodiques électroniques d’Elsevier, de Kluwer, SDU). IBM et la Koninklijke Bibliotheek construisent ensemble un archivage digital (E-Dépôt) dont la première livraison est prévue pour la fin 2002. La présentation donne un aperçu de l’état de la question de l’archivage des publications électroniques et de l’E-dépôt à la Koninklijke Bibliotheek.

Télécharger (NL)


PAUSE


L’ATTITUDE PROFESSIONNELLE (LE COMPORTEMENT) DE L’INTERMÉDIAIRE EN INFORMATION

par Kees Westerkamp, conseiller chez Reekx bv, chargé de cours à IDM (Informatie, dienstverlening en management), Groningen, Pays-Bas; Président du PIM, la plateforme des professionnels de l’information et rédacteur pour Informatie Professional

Il devient de plus en plus évident que la visibilité, la valeur ajoutée et surtout la survie du département d’information est déterminée par le spécialiste qui y travaille. Egalement importante est l’attitude que ce spécialiste de l’information aura envers ses clients et surtout vis-à-vis de ses autres collègues. C’est cette composante comportementale qui deviendra le facteur-clé du succès du centre d’information. La prise en compte adéquate de cet élément est un défi important pour beaucoup de spécialistes de l’information et leurs managers. Si nous l’ignorons, nous courons le risque que, par exemple à cause de la concurrence issue d’autres groupes professionnels, d’une consommation différente de l’information par nos clients, ou de concurrence extérieure, le centre d’information n’ait plus aucun rôle à jouer. Dans cette présentation, on s’attardera sur les derniers développements ainsi que sur l’avis des profanes quant à la manière dont ils perçoivent l’attitude et l’image des spécialistes de l’information. On tirera parti des expériences pratiques de Reekx Advies en la matière.

Télécharger (NL)


DÉBAT

animé par Toon Lowette, Grid Electronic Publishing Consultancy


LUNCH


APRÈS-MIDI


L’INTERNET ET LES NOUVELLES POSSIBILITÉS DE COMMUNICATION SCIENTIFIQUE

par Raf Dekeyser, Bibliothécaire en chef, Bibliothèque universitaire, K.U.Leuven

Le périodique sous format papier représentait traditionnellement l’outil de communication idéal entre les scientifiques; il assurait la diffusion de l’information et l’évaluation de la recherche transmise. L’avènement d’Internet et l’augmentation généralement exorbitante du prix des abonnements ont conduit à l’apparition de modèles de communication scientifique alternatifs usant de voies électroniques, comme les archives e-print. Dans le monde académique, ces nouvelles formes de communication ne percent cependant que lentement et négligent encore pour la plupart l’aspect de l’évaluation scientifique. De divers côtés (SPARC, Public Science Forum, Budapest Manifest, …), on plaide pour une approche totalement nouvelle de ces problèmes, où l’accès mondial à l’information scientifique validée serait librement disponible. Tant la problématique que les solutions proposées seront abordées.

Télécharger (NL)


LES PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES EN LIGNE : UN BILAN INTERMÉDIAIRE

par Ghislaine Chartron, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Urfist-Paris, France

Plus de 10 ans après la parution des premières revues en ligne sur Internet, la communication s’attachera à dresser les évolutions majeures du modèle éditorial pour les publications scientifiques. Du point de vue de l’offre seront en particulier soulignés les réorganisations du marché, les modèles économiques dominants, les stratégies de concentration/segmentation opérées pour une intégration “contenu-technologie-service”. On s’interrogera par ailleurs sur la pérennité des initiatives développées pour une économie non marchande des publications scientifiques: au-delà des mouvements pionniers, quelle infrastructure publique, quelle volonté politique, quelle demande de la part des chercheurs, quelle continuité dans l’action ? Que peut-on dire aujourd’hui des usages du support numérique dans ce secteur? L’acculturation est-elle en marche, la prescription de l’offre rencontre-t-elle des freins? L’offre de plates-formes de revues engendre-t-elle de nouvelles pratiques ou/et certaines déviances ?

Télécharger (FR)


PAUSE


LA SYNDICATION DU CONTENU POUR LA VISIBILITÉ ET LE PROFIT

par Thierry Mossé, Directeur International, NewsEdge, Suisse

De plus en plus de créateurs de contenus confient leur diffusion à des intermédiaires spécialisés. Les raisons sont multiples : la syndication permet notamment de canaliser et d’augmenter le trafic d’un site, d’accroître sa visibilité, et ainsi de générer de nouveaux revenus. Trois modèles de syndication (dont celui de NewsEdge) sont décrits, ainsi que les types d’accord de partenariat.

Télécharger (EN)


DÉBAT

animé par Jean Moulin, Directeur du Service d’Information Scientifique et Technique (SIST-SSTC)


par Marc Vandeur, président du jury du prix ABD-BVD

(ex æquo)

Lauréate : Véronique Van De Vijvere, Diplômée d’études spécialisées en sciences de l’information et de la documentation – ULB Infodoc

Titre du mémoire présenté : Le spamming et les mesures anti-spam : un nouveau défi pour la conception et l’interprétation des sites Internet.

Lauréate : Valérie Moray, Graduée en bibliothéconomie et documentation – Haute Ecole Léon-Eli Troclet – Liège

Titre du mémoire présenté : Inventaire de la correspondance extraite de la bibliothèque personnelle de Marcel Thiry (Fonds Thiry, salle Ulysse Capitaine).

RÉCEPTION

logo rvb small2En collaboration avec logo_kbr_2010

 

Programme

MATIN

ACCUEIL


INTRODUCTION ET PRÉSENTATION DE LA JOURNÉE

par Willy Vanderpijpen, chef de département à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR),

et Evelyne Luctkens, présidente de l’ABD-BVD et Responsable administration, information et qualité, Shell Chemicals Belgium

Télécharger (FR/NL)


UNE EXPÉRIENCE COMME CONTRIBUTION AU DÉBAT : LA VIE EST UN LONG FLEUVE (PAS DU TOUT) TRANQUILLE

par Richard Chotin, Maître de conférence à l’Université de Lille 2, France

Introduction : le « récit de vie » comme modalité contributive.
I. Se former : pourquoi et comment ?
Réflexions sur une anti-méthode : le vagabondage intellectuel ou l’intinéraire d’un enfant (peu) gâté.
II. Qui former ?
La formation est-elle soluble dans le « copier-coller » ? Commentaires aigre-doux sur l’enseignement, l’éducation, l’instruction ou la formation.
Conclusion : le futur a-t-il un avenir ?


L’INFORMATIQUE DANS L’ENSEIGNEMENT : TENDANCES ET DÉFIS POUR LES BIBLIOTHÈQUES

par Hans Roes, Bibliothécaire-adjoint, Tilburg University Library, Pays-Bas

En préparation à l’élaboration d’une recommandation pour un nouveau plan stratégique des médiathèques des hautes écoles d’Amsterdam, on a dressé un panorama de la littérature récente et abondante dans le domaine des bibliothèques et du changement dans l’enseignement. Une série de pistes ont ainsi été mises en évidence pour les bibliothèques qui désirent participer au processus de modernisation de l’enseignement (supérieur). Après une introduction à la thématique, les points suivants seront développés :
– bibliothèques digitales et cadre de formation digital ;
– compétences en information ;
– relation entre l’environnement de formation digital et physique, et conséquences pour l’organisation des bibliothèques ;
– assistance à la conception d’environnements de formation ;
– portfolios digitaux.
La présentation se terminera par un bref aperçu des conséquences pour le métier de bibliothécaire.

Télécharger (NL)


PAUSE


COMPETITIVE INTELLIGENCE SERVICE : UN OUTIL DE GESTION DES CONNAISSANCES ET D’AIDE À LA FORMATION ET À LA DÉCISION

par Francis Gallez, Competitive intelligence manager, SOLVAY/DCRT-New Business Development, Belgique

Dans un contexte de globalisation et de libéralisation de l’économie particulièrement mouvant, où personne n’échappe à l’obligation d’apprendre continuellement, de prendre rapidement des décisions stratégiques pour conserver un avantage compétitif sur ses concurrents, l’accès à l’information pertinente, à jour et en temps réel, est devenu une nécessité vitale. De plus le développement constant, ainsi que la maturité des technologies liées à l’information et à la formation, nous ont amené à développer le système de Competitive Intelligence Service qui s’inscrit résolument dans une stratégie décentralisée de déploiement des actifs immatériels.

Télécharger (FR)


DÉBAT

animé par Paul Thirion, Maître de conférence à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education, Université de Liège et Vice-président du groupe EDUDOC, Belgique


LUNCH


APRÈS-MIDI


TECHNIQUES ET COMPÉTENCES POUR L’ÉCONOMIE DE LA CONNAISSANCE

par Nigel Oxbrow, Fondateur et CEO, TFPL Ltd, London, Grande-Bretagne et New York, États-Unis

Un grand nombre de recherches et de débats ont porté sur les changements inhérents à la nouvelle économie de la connaissance et sur toutes les technologies qui la soutiennent. Peu d’attention a été accordée aux aptitudes et aux compétences dont doivent disposer les personnes travaillant et évoluant dans cette nouvelle économie. Cette présentation se basera sur les résultats d’une recherche internationale ainsi que sur des études de cas de grandes organisations en vue d’explorer les nouvelles aptitudes, attitudes et compétences nécessaires. L’orateur conclura en se concentrant sur un nouveau modèle de compétences développé à partir des professions de l’information.

Télécharger (EN)


LA MISE EN PLACE D’UN SITE DE FORMATION EN LIGNE

par Eric Uyttebrouck, Coordinateur, Centre des Technologies au service de l’Enseignement (CTE-MéTIÉ), Université Libre de Bruxelles, Belgique

Ces dernières années, les « campus virtuels » et autres sites de téléformation se sont multipliés, à tel point que l' »e-learning » est devenu une option plus que sérieuse pour toute institution ou entreprise qui se préoccupe de formation, que ce soit à titre de « consommatrice » ou de prestataire de service. A l’Université Libre de Bruxelles par exemple, un site « Université Virtuelle » a été mis en place depuis 1998 sous la houlette du Centre des Technologies pour l’Enseignement (CTE). A l’heure actuelle, l’Université Virtuelle de l’ULB compte une quarantaine de cours relevant d’une dizaine de facultés et instituts. Sur base de cette expérience, les points suivants seront abordés :
– quels sont les composantes d’un projet de type e-learning ?
– quels sont les acteurs impliqués (enseignants, concepteurs/experts, tuteurs, apprenants…) ?
– quels sont les outils et les technologies disponibles ?
– quels services de support fournir aux utilisateurs ?
– quel est l’impact de ce nouveau mode d’enseignement/formation sur la conception pédagogique d’un cours ?
– quelle est la perception des apprenants de ce type d’expérience ?
Pour rendre les choses plus tangibles, un exemple concret de réalisation servira de toile de fond aux échanges : le cours « Knowledge Management », cours à distance pour entreprises, offert dans le cadre du programme Interreg CLEO.

Télécharger (FR)


PAUSE


AU-DELÀ DU MYTHE : ÉVOLUTION VERS UNE ÈRE POST-INTERNET

par Michel Bauwens, eBusiness strategy manager, Belgacom, STD (Strategy) Division, Belgique

Notre engouement pour la technologie nous pousse dans un processus assez similaire à celui de la vie amoureuse: de la passion et l’idéalisation, en passant par le rejet de ses aspects négatifs et sombres, à l’intégration mature dans notre culture et notre société. Nous nous trouvons aujourd’hui dans une phase de rejet où les forces hostiles à la virtualisation de notre culture se concentrent, et de cette lutte peut naître une approche plus équilibrée. L’orateur Michel Bauwens a expérimenté l’Internet et le capitalisme de l’information depuis le début de son explosion dans notre culture, et en a connu les différents stades d’interprétation. Il combinera son expérience personnelle avec une analyse des forces sociales actives autour de la technologie. En tant qu’ancien documentaliste et knowledge manager, il abordera également l’avenir des professions de l’information.

Télécharger (EN)


DÉBAT

animé par Toon Lowette, GRID, Belgique


RÉCEPTION

logo rvb small2En collaboration avec logo_kbr_2010

 

Programme

MATIN

ACCUEIL


INTRODUCTION ET PRÉSENTATION DE LA JOURNÉE

par Pierre Cockshaw, conservateur de la Bibliothèque royale de Belgique (KBR),

et Evelyne Luctkens, présidente de l’ABD-BVD et Information Manager du Shell Research and Technology Centre, Louvain-la-Neuve

Télécharger (FR/NL)


LE PASSAGE DE L’ORGANISATION DE L’INFORMATION À L’ORGANISATION DE LA CONNAISSANCE

par Mia Brugmans, Information Services Manager, Interbrew

Pour une organisation, il est essentiel que non seulement l’information mais également la connaissance soient accessibles. Comment les organisations peuvent-elles convertir l’information en connaissance et gérer l’information existante ? La gestion de la connaissance est-elle un phénomène de mode, un modèle pour le futur ou un luxe pour les grandes organisations ? Le modèle présenté par l’orateur est nourri de sa longue expérience en tant que responsable de l’information chez Bekaert, où il permet d’exploiter au mieux la matière première stratégique qu’est l’information.


LES PMES ET L’INFORMATION : OPPORTUNITÉS ET DÉFIS

par Rik Donckels, K.U. Brussel, membre du Comité Directeur de Cera Holding

Les nouvelles technologies de l’information mettent à mal la position de l’intermédiaire et du spécialiste de l’information. En principe, tout un chacun peut consulter les sources de manière directe. Mais le problème se déplace vers la sélection de l’information, et l’évaluation de sa qualité. Pour les PMEs, un certain nombre de difficultés viennent s’y greffer : manque de temps, manque de moyens, et sans doute aussi l’absence de la culture nécessaire pour utiliser l’information comme matière première. Et pourtant, le problème de l’information se pose de manière aussi aiguë pour les PMEs que pour les autres entreprises. Comment les documentalistes et les intermédiaires de l’information peuvent-ils se rapprocher des PMEs ? Et comment ces dernières peuvent-elles faire un meilleur usage des sources d’information, et éventuellement d’intermédiaires dans ce domaine ?

Télécharger (NL)


PAUSE


LA CRÉATIVITÉ DANS LES MÉTIERS DE L’INFORMATION

par Luc De BrabandereDirecteur de Paradigm, Administrateur délégué de DELOITTE & TOUCHE

À l’ère des autoroutes de l’information, beaucoup de professions remettent en question leurs activités de base. Et cela vaut également pour les professionnels de l’information. Trouvent-ils que les fondements de leur profession sont secoués ? Avec raison, car il en est ainsi. Et c’est précisément pour cela que la créativité est une arme essentielle contre l’insécurité. La créativité est également utile là où manquent les moyens traditionnels de changement. C’est souvent le cas dans les métiers de l’information !

Télécharger (FR)


DÉBAT

animé par Jean Moulin, Directeur du Service d’Information Scientifique et Technique (SIST-SSTC)


LUNCH


APRÈS-MIDI


L’INFORMATION, MATIÈRE PREMIÈRE D’UNE PME

par Stéphane Harchies, Directeur Général d’ EKLEKTiKA

EKLEKTiKA est spécialisée dans l’intégration de systèmes informatiques pour les PMEs et dans les infrastructures « Messaging & Collaboration » pour les entreprises plus importantes. L’Internet y est depuis des années un outil aussi indispensable que le téléphone. Probablement plus. Il nous permet d’établir un lien direct avec nos principaux fournisseurs, souvent américains, en faisant abstraction de notre éloignement géographique. Nous travaillons « online » sur leurs systèmes logistiques. Nous découvrons les nouveaux produits avant même que leur marketing ne soit impliqué. Nous résolvons les problèmes les plus complexes en nous appuyant sur des « communautés virtuelles ». Nous surveillons nos concurrents les plus actifs.

Télécharger (FR)


OPTIMALISER LA COMMUNICATION INTERNE GRÂCE À L’INTRANET

par Els Maes, Webmaster, Artesia

Een korte beschrijving van de mogelijkheden van een intranet, de procedures die gebruikt worden en de voordelen die eraan verbonden zijn. Meteen wordt ook de link gelegd naar de gevolgen voor het Intranet wanneer een bedrijfsstructuur volledig wijzigt door o.a. overnames en fusies.

Télécharger (NL)


PAUSE


L’INTRANET DOCUMENTAIRE DE L’UNION EUROPÉENNE DE RADIO-TÉLÉVISION

par Georges Leclercq, Responsable Information et Documentation, Union Européenne de Radio-Télévision

Quelle est la place de l’information et de la documentation dans les activités de l’UER, un organisme non commercial? Comment gérer des besoins différents et divergents selon les activités ? Comment concilier les contraintes techniques et les contraintes organisationnelles ? Reproduire l’organisation «papier» ou adapter l’organisation aux outils ? Est-il possible et raisonnable de tout prévoir ? Base de données interne ou ressources internet ? Quelle est l’importance respective des activités de communication, de recherche, d’archivage ?

Télécharger (EN)


DÉBAT

geleid door Ward Bosmans, président de la section Bibliothèques Scientifiques, VVBAD


par Marc Vandeur, président du jury du prix ABD-BVD

Lauréat : Marcel Van Den Heuvel, Graduaat Bibliotheekwezen en Documentaire Informatiekunde – Antwerpen

Titre du mémoire présenté : Centrale Discotheek Rotterdam – Een onderzoek m.b.t. cataloguspresentatie van geluidsdragers, catalografie van muziektitels en dienstverlening aan bibliotheken via MuziekWeb.

RÉCEPTION