Suivez-nous également sur @ABD_BVD!

Cahiers de la Documentation 2019/2 (juin 2019)

 

Éditorial

Chers membres de l’ABD, nous avons eu un premier semestre 2019 plein d’activités ! Le 20 mars, nous avons tenu notre Assemblée générale ordinaire : le bilan de l’année 2018 est bon. Nous sommes encore plus de 500 à l’ABD – mais pas assez d’étudiants – nos comptes sont en positif et le budget 2019 s’annonce serein. Nous avons tenu une dizaine de réunions et un congrès, plus la publication des Cahiers, plus notre site web. Le 30 avril, notre Assemblée générale extraordinaire a confirmé Guy Delsaut pour une année de présidence en plus. Notre site web vous annonce nos activités avec modules d’inscription, donne divers liens utiles, publie des offres d’emploi… 

Après une bonne saison 2018, le cycle de nos conférences Doc’Moments a repris. Le 26 février, c’était à la bibliothèque « historique » de Louvain (Leuven), sur le thème « Nieuwe open science intitiatieven aan de KU Leuven », suivi d’une visite guidée du bâtiment ; le 20 mars, c’était au FARES (Ixelles), sur le thème « Fake news : rumeurs ou bruissements sur Internet », suivi de notre AG annuelle ; le 30 avril, c’était au Sénat (Bruxelles), sur le thème « Comprendre et gérer la crise médiatique », suivi d’une balade dans les lieux. Nous espérons vous en proposer encore 3 ou 4 d’ici la fin de 2019, à différents endroits ! Enfin, le 9 mai, nous avons tenu notre congrès annuel, l’Inforum 2019, sur le thème « Stronger together : les pratiques collaboratives en I&D », à l’ International Auditorium (Bruxelles). Cette année, nous avons regroupé les communications des orateurs en une première partie plus théorique, transversale, et en une seconde partie, de retours d’expériences. Ce fut aussi l’occasion de remettre le Prix ABD 2019 à notre lauréate, Laurence Maroye ! Le 8 octobre, nous organiserons un atelier avec les sponsors de l’Inforum 2019. 

Chers lecteurs des Cahiers, nous sommes heureux de vous livrer ce numéro 2019/2 ! Un premier article « Documentalistes et enseignants : alliés pour une meilleure pratique collaborative » rejoint tout à fait les thèmes de notre Inforum ! Ce sont des premiers résultats du réseau Dédale, qui regroupe des hautes écoles belges et échange sur les attentes et sur les bonnes pratiques. Ensuite, il y a – en anglais- un article qui s’interroge sur l’indexation des livres à l’ère du numérique et de l’IA : « Reading books by the Numbers ».  Un vaste sujet ! Puis, retour aux fondamentaux, un bibliothécaire nous raconte ce qui, dans sa jeunesse, a procédé de sa vocation : « La lecture en bibliothèque scolaire ». C’est un témoignage. Pour suivre, le compte-rendu d’une réunion, en Islande : « IIPC Hackathon sur l’automatisation des contenus ». C’est l’avant-garde du vaste projet PROMISE, sur l’archivage du web, dont nous reparlerons dans de prochains numéros. Pour finir, vous trouverez nos rubriques habituelles, les informations de la profession et la revue des revues. 

Au nom de l’équipe des Cahiers, je vous souhaite une bonne lecture, et puis, un bel été ! 

Alain REISENFELD
Administrateur ABD-BVD

 

Documentalistes et enseignants alliés pour une meilleure pratique collaborative

Virginie COENE et Aurélie MAROQUIN, bibliothécaires-documentalistes, Haute École Léonard de Vinci

Dans le milieu académique, la relation entre enseignant et documentaliste est au coeur des préoccupations actuelles du métier. Qu’elle soit inexistante, consumériste, coopérative ou encore collaborative, il semble essentiel pour le documentaliste de définir cette relation pour qu’elle s’épanouisse. Cet article fait suite à une journée d’étude organisée par l’association Dédale en août 2018 afin de partager des expériences de partenariats existant entre les deux professions au sein des différentes hautes écoles représentées. L’analyse des données collectées via l’outil Wooclap tout au long de cette journée ainsi que les initiatives de collaboration mises en place à l’issue de celle-ci y sont exposés.

« Reading Books ‘by the Numbers’? » Studying Literature with Big Data instead of the Canon

Alexandre JACOBS, Consultant en Gestion Documentaire/Business Analyst
Prix ABD-BVD 2017

L’article analyse d’un point de vue théorique l’impact des big data et des statistiques sur l’étude de la littérature, qui est ancrée dans une tradition d’esthétique : concrètement, il tente d’illustrer ce à quoi l’enseignement de la littérature pourrait ressembler avec les big data d’une part, et de déterminer si (et dans quelle mesure) la critique littéraire pourrait survivre à ce changement. L’article considère pour ce faire les limites de la close reading (qui est associée au canon littéraire, et donc qui exposera certains genres, auteurs, ou romans comme représentatifs d’un gage de qualité) et de la distanced reading (qui repose sur des observations quantitatives, c’est-à-dire des tendances extraites de textes littéraires). L’article se penche sur l’intérêt d’utiliser l’un ou l’autre, mais aussi ce que choisir l’un implique pour l’autre. Pour terminer, l’article discutera la viabilité d’une méthode qui emprunte aux deux pratiques.

La lecture en bibliothèque scolaire : expérience personnelle

Jean-Bosco ADIATE MFUM-EKONG, Bibliothécaire à l’ISTA/Kinshasa (République Démocratique du Congo) L’article est proposé sous la forme d’un témoignage d’une expérience personnelle.