Suivez-nous également sur @ABD_BVD!

Cahiers de la Documentation 2021/3 (septembre 2021)

NUMÉRO SPÉCIAL

Inforum 2021 : bien-être au travail du professionnel de l’I&D

Éditorial

Y aura-t-il encore des Inforum ?

Le Covid-19 et les mesures de confinement et de restrictions des contacts qui nous ont été « imposées », ont considérablement modifié la communication des professionnels de l’I&D. Celle-ci se faisait principalement autour de manifestations que l’on qualifie à présent de « présentielles ». Ces rassemblements, grands (Inforum) ou petits (Doc’Moments), rythmaient jusqu’en mars 2020 la vie professionnelle et les rencontres que proposait notre association. Ces moments d’échange répondaient à un objectif d’actualisation des connaissances dans le cadre de la formation continue et/ou de la diffusion de bonnes pratiques et de solutions. En parallèle, ils maintenaient l’occasion d’un réel partage d’expérience.

Le besoin de contact humain restant très fort, des conférences à distance, des webinaires et autres meetings se sont alors substitués, dans le monde de l’I&D comme ailleurs, aux précédents moments d’échange,  bénéficiant du développement technologique des moyens de communication. Certains ont pu y voir de réels avantages. Parmi les opportunités, on peut citer la possibilité de recevoir à domicile les informations que l’on devait auparavant se procurer en se déplaçant, ainsi que celle de suivre à son rythme, voire en  rediffusion, des conférences avec la possibilité d’échanges en direct. Enfin, le gain de temps lié à l’absence de déplacements s’avère  considérable, surtout lorsqu’on le multiplie par le nombre de participants.

Allons-nous pour autant nous diriger vers une communication s’effectuant exclusivement à distance ? Ou allons-nous au contraire observer un rebond des congrès présentiels, dès que nous serons sortis de la crise Covid ? La vérité se situe probablement entre les deux. Il y a fort à parier que les nouveaux outils de travail seront exploités au maximum pour enrichir les possibilités de communication et optimiser le temps consacré notamment à la formation.

Cependant, l’homme est un animal social et le besoin de communiquer directement de façon formelle ou informelle reste fort. De ce fait, il
nous paraît difficile de remplacer les débats et les échanges qui se tenaient au cours – et souvent en marge, nous nous permettrons d’insister sur ce point – des congrès traditionnels, dans les couloirs et lors des pauses-café; en outre, la mise en relation et la création de nouveaux  contacts nécessitent un minimum d’échanges présentiels (même masqués).

Nous pourrons par conséquent continuer à repenser ces nouveaux moyens de communication pour enrichir nos pratiques professionnelles, en alliant tradition et modernité, comme nos métiers se sont souvent ingéniés à le faire au cours de leur courte histoire.

Il n’empêche, à titre personnel, mais que nous imaginons largement partagé, il nous tarde de vous retrouver prochainement pour un moment de réel échange et de contact humain !

À très bientôt, donc !

Christopher BOON
Rédacteur en chef
Vice-Président ABD-BVD
Co-organisateur de l’Inforum 2021

 

Avant-propos

Michèle ORBAN, Formatrice et consultante en veille, Co-organisatrice de l’Inforum 2021

 

La gestion des risques à KBR : une évolution gagnante

Jacqueline LAMBERT, Conseiller en prévention, responsable du Service interne de prévention et de protection au travail, KBR

La gestion des risques au sein d’une institution patrimoniale telle que KBR (Bibliothèque nationale de Belgique) est un défi permanent. Il s’agit d’un processus complexe qui nécessite une évaluation continue afin de maintenir son efficacité. Consciente de la nécessité de combler le retard accumulé dans ce domaine, KBR s’y est attelée avec énergie et créativité au cours des 15 dernières années. Des lignes directrices ont été définies et plusieurs outils et projets ont été développés permettant de renforcer constamment la prévention et la capacité à réagir à tout type de crise, de la plus petite à la plus grande. L’approche choisie est une approche systémique afin de garantir la cohérence et la pertinence de toutes les mesures prises. Même si un certain nombre d’améliorations sont encore possibles, la situation évolue sensiblement d’année en année. Partager son expérience avec ses pairs semble essentiel pour KBR.

 

Omgaan met verbale agressie in informatieberoepen

Anke VAN DE WOESTIJNE, Criminoloog en Business Manager – Crime Control

L’agression dans le cadre du travail est de plus en plus souvent vécue, y compris par les bibliothécaires, documentalistes, archivistes et spécialistes de l’information. Il n’est pas toujours facile de faire face à cette agressivité de manière professionnelle. Cependant, face à des personnes agressives, c’est votre réaction qui peut désamorcer la situation ou calmer l’autre partie et éviter une nouvelle escalade.

 

L’aménagement ergonomique de mon poste de travail sur écran

Maude ROLAND, Conseillère en prévention, Ergonome Européenne, CESI asbl

Les troubles musculosquelettiques (TMS) et la fatigue visuelle sont des problématiques très fréquentes chez les personnes travaillant sur écran. La prévention de ces TMS passe notamment par la mise à disposition d’un bon équipement de travail et l’aménagement correct du poste de travail. Au travers de ce court compte-rendu d’exposé, nous passerons en revue les différentes étapes de l’aménagement d’un poste de travail sur écran en vous guidant aussi sur les caractéristiques importantes que devraient présenter vos équipements.

Compte tenu du contexte sanitaire actuel et de la généralisation du télétravail depuis 2020, nous vous donnerons également quelques astuces pour améliorer l’aménagement du poste de travail à domicile. Enfin, nous insisterons encore sur l’importance de prendre des pauses régulières. En effet, même si le poste de travail est bien aménagé et que le siège est bien réglé, les positions adoptées lors du travail sur écran sont statiques et prolongées, et le risque d’apparition de troubles musculosquelettiques est majoré. Nous vous donnerons quelques astuces pour rendre ces pauses plus actives afin de pouvoir en tirer encore plus de bénéfices…

 

Hoog tijd voor een telewerkbeleid

Roeland MOTMANS, Voorzitter, VerV, beroepsvereniging voor ergonomie; Ergonoom, Delhaize

Le télétravail consiste à travailler avec l’ordinateur en dehors des locaux de l’entreprise. L’expérience menée à grande échelle pendant la crise sanitaire due au coronavirus a clairement montré les avantages en termes de productivité, d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée et de réduction des embouteillages. L’avenir sera donc hybride, avec des personnes travaillant en partie au bureau et en partie à domicile ou ailleurs. Cette évolution nécessite une politique structurelle de télétravail et l’ergonomie y joue un rôle important.

 

Pour une gestion positive des conflits

François BAZIER, Formateur et Président, Université de Paix asbl

Après avoir précisé la notion de conflit, ses racines, ses dimensions et les formes qu’il peut revêtir, notamment en milieu professionnel (de l’intra-personnel à l’organisationnel), nous développerons une approche constructive du conflit considéré comme une opportunité pour évoluer. Dans cet esprit seront précisés les compétences relationnelles nécessaires, l’importance de notre perception des autres et des faits, le potentiel humain en oeuvre, le rôle des émotions, la nécessaire clarification des besoins, les outils de la communication. La perspective sera le développement d’un climat et d’une attitude de coopération, ainsi qu’une compréhension des différents styles de gestion des conflits.

 

The right to disconnect

Klaus MÜLLER, Policy Analyst, European Parliament – European Added Value Unit

En janvier 2021, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à une consécration européenne du droit à la déconnexion. Ainsi, chaque travailleur en Europe devrait avoir et pouvoir invoquer le droit de ne pas répondre aux courriels, appels téléphoniques ou autres messages numériques après les heures de travail. Depuis le début de la pandémie de Covid-19, le nombre de travailleurs à domicile en Europe a considérablement augmenté et cette question est devenue plus actuelle. La Commission européenne a indiqué qu’elle était favorable à cette proposition et qu’elle entamerait un dialogue avec les partenaires sociaux européens, qui débouchera finalement sur une proposition législative.

 

Het Informatiecentrum van het Veiligheidsinstituut
AP Hogeschool: informatiepunt voor preventieadviseurs

Herman VERDYCK, Stafmedewerker Informatiecentrum – Veiligheidsinstituut van de AP Hogeschool

Le Provinciaal Veiligheidsinstituut (PVI) d’Anvers a une longue tradition d’éducation, de sensibilisation et d’information du public sur le « bien-être au travail ». L’un des premiers piliers de cet institut était sa bibliothèque spécialisée accessible au public. Aujourd’hui, le Veiligheidsinstituut fait partie de la AP Hogeschool. Il s’agit d’un centre de connaissances et d’action qui vise à aider les organisations à contribuer à un environnement de travail et de vie sûr et sain. Le centre d’information du Veiligheidsinstituut guide les professionnels de la prévention dans leur recherche d’informations précises, fiables et pratiques sur le « bien-être au travail ».

 

Crise sanitaire et lieux fréquentés par le public :
Que faire face à un client ou un usager agressif ou en colère ?

Nathalie BOONEN, Documentaliste spécialisée en prévention et protection au travail

Cet article souhaite mettre en avant le fait que les métiers de contact avec le public sont des professions très exposées à la violence au travail. Celle-ci provient bien souvent des clients ou des usagers. Incivilités, agression verbale, vandalisme, quelle que soit sa forme, la violence externe peut mettre en péril la santé, la sécurité des travailleurs et des établissements. Pourtant des solutions simples de prévention existent. Le Code du bien-être au travail place cette responsabilité entre les mains de l’employeur. Prévenir ces risques, c’est permettre aux travailleurs de poursuivre leurs activités dans des conditions sécuritaires de travail, et ce malgré la pandémie.

 

Pistes individuelles et collectives pour limiter les risques psychosociaux (RPS) en entreprise

Isabelle CHOQUET, Docteur en Sciences de l’information et de la communication ; Chargée de cours, Ichec Management School ; Chercheur associé au MICA (Médiations, Informations, Communication, Arts), Université Bordeaux Montaigne

Les effets du stress négatif au travail sont désastreux tant pour la productivité (démobilisation, désengagement, individualisme…) que pour la santé mentale des individus eux-mêmes (dépressions, névroses,…). Il convient donc de considérer les questions d’organisation du travail comme une préoccupation majeure pour la prévention professionnelle. Mais les milieux  professionnels (y compris les professionnels de l’Information-Documentation) ne sont pas les seuls concernés ; en effet, le stress déborde largement la sphère du travail et nous oblige à prendre en compte le sensible, à reconnaître l’impact des atmosphères, des ambiances, des climats pathogènes dans lesquels l’humain est de plus en plus souvent baigné. Par ailleurs, le numérique, en ce qu’il bouscule nos représentations de la temporalité, vient renforcer le culte de l’urgence et l’obsolescence des êtres et des choses. Sans futur ni passé réellement actionnables, l’individu n’existe que dans le « présentisme ». Mais ce présent est pourtant bien loin de ce que les Sages appelaient la « plénitude de l’instant ».

 

Occupational safety and health terminology now online in 25 languages

Maria José PALOS CARAVINA, Senior terminologist, Translation Centre for the Bodies of the European Union

L’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA) a récemment publié en ligne son thésaurus multilingue contenant environ 2000 termes de sécurité et de santé au travail (SST) dans 25 langues.

Le thésaurus a été développé par l’EU-OSHA, en collaboration avec le Centre de traduction des organes de l’Union européenne (CdT) et les experts du domaine des Points focaux nationaux de chaque État membre. L’objectif principal du projet était de normaliser certains des concepts clés dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail et de les utiliser pour indexer les documents du site web de l’EU-OSHA dans toutes les langues, en favorisant le multilinguisme.

Le thésaurus est accessible au public en ligne.

 

Protéger sa bibliothèque contre l’incendie ? Pas aussi simple qu’une recette de cuisine

Jeanine DRIESSENS, Documentaliste, Information & Media Center, Association Nationale pour la Protection contre l’Incendie et l’Intrusion (ANPI)

En matière de prévention des incendies, tout repose sur l’analyse des risques, qui sont tout aussi multiples et divers que les types de bibliothèques et leurs collections. Voici, non pas une recette-type, mais une approche pour mieux appréhender les objectifs généraux de prévention à atteindre : prévention de l’incendie, alerte et alarme, lutte contre tout début d’incendie, sécurité des personnes, évacuation, annonce auprès du service d’incendie.

La politique de prévention et de protection contre l’incendie est essentiellement du ressort des spécialistes préventionnistes. Leur tâche sera grandement facilitée par des bibliothécaires et des documentalistes conscients des risques et des objectifs visés par les mesures et les procédures de sécurité mises en place.

 

Online informatiebronnen over welzijn op het werk

Peter ROEF, Teamleider Informatiecentrum, Veiligheidsinstituut van de AP Hogeschool
Dominique ALLARD, Responsable-documentaliste du SWIC (Safe Work Information Center), Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale (SPF ETCS)

 

Ressources numériques en bien-être au travail

Dominique ALLARD, Responsable-documentaliste du SWIC (Safe Work Information Center), Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale (SPF ETCS)
Peter ROEF, Teamleider Informatiecentrum, Veiligheidsinstituut van de AP Hogeschool

Cet article propose une liste non limitative de sources d’information en ligne librement accessibles sur le « bien-être au travail ». Celle-ci a été élaborée par le Safe Work Information Center (SWIC) du Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale (SPF ETCS) et l’Informatiecentrum du Veiligheidsinstituut.