Suivez-nous également sur @ABD_BVD!

Cahiers de la Documentation 2020/2 (juin 2020)

Éditorial

Voici le premier numéro des « Cahiers » post confinement. Nous avons vécu ce printemps 2020, une épreuve inattendue avec l’apparition du Covid-19. Quelque chose qui ressemble à une hibernation printanière. Une assignation à résidence qui nous fait réfléchir sur nous-même et nous pousse à nous adapter et à nous réinventer d’autres formes de vie en société et de communication. Un moment aussi où la culture est mise à rude épreuve : la fermeture des musées des salles de spectacles, de théâtre et de cinéma, mais aussi la fermeture des bibliothèques : tout ce qui permet à l’expression artistique mais aussi à la connaissance de s’exprimer. Mens sana in corpore sano, nous apprend que l’entretien de l’esprit est tout aussi important que notre santé. Il nous faut voir au-delà et pouvoir en sortir meilleurs.

Réinventer d’autres formes de communication et d’expression marque ces deux derniers siècles, de la photographie au début du XIXème siècle à l’internet développé à la fin du XXème siècle. Ce sont précisément ces deux formes d’expression de communication que nous abordons dans ce numéro.

Après la peinture, l’écriture et la musique, la photographie apparue au début du XIXème siècle est le premier moyen d’expression sui generis : un instrument de communication qui révolutionnera notre époque et la fera rentrer dans l’ère de l’instantané. Chaque moyen d’expression nécessite son archivage et fera l’objet de la première partie des Cahiers.

L’autre tournant de notre époque est ce média sans lequel il ne nous est plus possible de communiquer : le Web. De son apparition à la fin du XXème siècle jusque maintenant, son développement a été exponentiel. Avec l’Internet, des milliards de gens sont connectés et le monde devient une gigantesque bibliothèque.

Le dossier sur l’Archive photographique, reprend le Doc’ Moment idoine de novembre 2019 : Nico Gastmans a évoqué le fonds important de l’Agence de Presse Van Parys ; Erik Buelinkx et Julie Mauro ont présenté leur travail au sein de l’Institut National du Patrimoine artistique (IRPA). Il se termine par un article de Guy Delsaut sur le fonds d’archives d’images développé par Wikimedia Commons.

Nico Gastmans présente le fonds important constitué d’un siècle d’archives photographiques de l’agence de Presse Van Parys et constitué des supports successifs depuis l’invention de la photographie (plaque de verre, négatif noir et blanc et négatif couleur. Le fonds représente non seulement toute l’histoire du XXème siècle, mais aussi une révolution dans l’information. Germaine Van Parys, la fondatrice de la première agence de presse photographique a fait figure de précurseuse en inaugurant un type d’agence de presse entièrement nouveau et surtout en étant la première femme fondatrice d’une agence de presse. L’Agence de presse photographique Van Parys servit de modèle à l’ensemble des agences de presse photo actuelles.

Erik Buelinkx et Julie Mauro nous font connaitre l’IRPA, Institut royal du Patrimoine Artistique. Riche d’un fonds d’un million de négatifs, celui-ci est numérisé, identifié et conservé en interne par la cellule DIGIT créée en 2013 dans le cadre du projet lancé par Belspo. Le projet DIGIT a pour objectif également la numérisation du fonds des dossiers d’intervention de l’IRPA. 

Enfin dans le dernier article du Dossier Archive photographique, Guy Delsaut présente le fonds Wikimedia Commons : un fonds de plus de 60 millions de médias dont plus de 57 millions d’images décrites et catégorisées, où chacun des contributeurs peut enrichir le fonds de nouvelles photos ou enrichir les descriptifs de ces photos. On montre également comment utiliser ces photos légalement.
Cet article fait la transition avec le second dossier : les archives du Web.

Le deuxième dossier est quant à lui consacré à l’archivage du Web. Le Web constitue l’autre tournant dans l’information opéré à la fin du XXIème siècle. L’archivage de ce média est développé dans cinq différents articles constituant le dossier.

Niels Brügger décrit l’archivage du Web et son intérêt pour la recherche. L’article indique les différences d’archivage entre les Etats Unis et l’Europe. Mais aussi la différence entre les pays procédant à un archivage du Web et d’autres pas.

Dans une interview coordonnée par Nadège Isbergue, Friedel Geeraert et Sally Chambers, Niels Brügger et Valérie Schafer évoquent le projet PROMISE qui a été développé lors du colloque Saving the Web: the Promise of a Belgian Web Archive. L’accent y est mis sur l’importance de l’archivage Web comme source d’information et de recherche.

Alejandra Michel nous fait partager l’archivage du Web sous l’angle juridique. L’importance est donnée à la préservation de ces archives et la mise à disposition pour les chercheurs et le public en général

Patricia Blanco évoque les différentes étapes du processus d’archivage du Web toujours dans le cadre du projet PROMISE. L’objectif étant de connaitre les besoins et les attentes des chercheurs mais aussi l’accès technique pour l’accessibilité de ces archives.

Avec le déconfinement, l’ABD reprendra progressivement ses activités phares : Inforum, Doc’Moment et événement commercial. Toujours en vue de nous adapter, un Doc Moment sous forme de webinaire sera bientôt organisé. En attendant je vous souhaite une bonne lecture de ce numéro. Et prenez soin de vous.

Vincent DUTERME
Rédacteur en chef

 

Dossier : L’ARCHIVE PHOTOGRAPHIQUE

L’archive photographique au sein d’une agence de presse photo

Nico GASTMANS, Business Development Manager, Germaineimage

Nous allons développer ce sujet en nous basant sur l’histoire de deux femmes qui vont s’imposer dans le monde de la presse en Belgique et leur descendance : d'une part Germaine Van Parys (1893 – 1983) et Odette Derèze (1932), les deux premières femmes photographes de presse en Belgique, et d'autre part Tom Gastmans (1964) et Nico Gastmans (1968) qui continuent à faire vire cette archive photographique.

De l’analogue au numérique, gestion des fonds documentaire de l’IRPA

Julie MAURO, Documentaliste
Erik BUELINCKX, Responsable infothèque

Riche d’un peu plus d’1 million de négatifs, le fonds de la photothèque de l’Institut Royal du Patrimoine Artistique (IRPA) est numérisé, identifié et conservé en interne par la cellule DIGIT créé en 2013 dans le cadre du projet DIGIT lancé par Belspo. Il est accessible via le site BALaT (Belgian Art Links and Tools)1. Le projet DIGIT a pour objectif également la numérisation du fonds des dossiers d’intervention de l’IRPA. Depuis 2018, l’IRPA développe en partenariat avec d’autres institutions nationales et internationales un projet de « research data management » : HESCIDA (HEritage SCience Data Archive) pour rassembler et partager la multitude de données scientifiques hétérogènes créées par ses chercheurs.

Wikimedia Commons, des millions d’images en liberté

Guy DELSAUT, Professionnel de l’information

Plus de 60 millions de médias sont consultables, modifiables et réutilisables dans Wikimedia Commons, l’un des projets de la Wikimedia Foundation. Les images représentent la part la plus importante de ces médias : plus de 57 millions de photos, de schémas, de peintures, de cartes… Chaque image est décrite et catégorisée. Les contributeurs peuvent téléverser de nouvelles photos mais aussi enrichir les descriptifs ou la classification de ces œuvres. Dans cet article, nous survolerons les droits relatifs à ces médias, le contenu du site, le travail collaboratif qui peut y être apporté. Nous verrons également comment rechercher une image et comment la réutiliser légalement.

 

Dossier : SAVING THE WEB

National web archives — the land of promise for researchers

Niels BRÜGGER, Department of Media and Journalism Studies, Aarhus University

Cet article présente certains des principaux sujets d’intérêt liés aux archives nationales du web et à leur utilisation potentielle par les chercheurs. Dans la première grande section, les principales différences entre les États-Unis et l’Europe sont brièvement exposées, suivies d’une identification de certains des problèmes pertinents lors de la discussion sur les archives du web en Europe ; cela est fait en se concentrant sur les pays qui ont une, plusieurs ou pas d’archives du web, les stratégies qui peuvent être utilisées, et ce qui caractérise les conditions d’accès. Dans la grande section suivante, l’impact potentiel des caractéristiques des archives du web sur l’écriture de l’histoire européenne transnationale est débattu, et à cette fin, une étude de cas du domaine web danois est utilisée. Enfin, dans la dernière grande section, l’avenir possible de la situation en Belgique est brièvement abordé.

PROMISE : un projet de recherche pour un archivage du web belge au niveau fédéral

Rolande DEPOORTER, Chef du service Archivage digital, AGR
Friedel GEERAERT, Assistante scientifique en archivage du web, KBR
Gerald HAESENDONCK, IDLab UGent
Sébastien SOYEZ, Chef de travaux Service Archivage digital, AGR
Sophie VANDEPONTSEELE, Directrice des Collections contemporaines, KBR

De juillet 2017 à décembre 2019, la Bibliothèque royale de Belgique (KBR) a lancé, en partenariat avec les Archives de l’Etat (AGR) et plusieurs universités et hautes-écoles belges, le projet de recherche PROMISE en vue de définir une stratégie fédérale pour l’archivage du web belge. Le présent article retrace le parcours mené par l’équipe de recherche durant plus de deux ans : état de l’art, définition d’une stratégie, étude de plusieurs scénarios et de leurs coûts et infrastructure technique. Les résultats de ce projet de recherche, financé par la Politique scientifique belge (BELSPO) ont également été présentés en octobre 2019 lors du colloque « Saving the web ».

Tour d’horizon sur les aspects légaux de l’archivage du web

Alejandra MICHEL, Chercheuse au CRIDS et Maître de conférences en Droit des médias à l’Université de Namur

De nos jours, il est indéniable que le web regorge de contenus susceptibles d’animer le débat public ou d’alimenter le patrimoine culturel. Leur préservation pour les générations futures et leur mise à disposition pour la communauté des chercheurs et le public en général représentent un enjeu sociétal majeur. Les initiatives de préservation et d’archivage de la mémoire du web facilitent en effet l’exercice du droit à l’information des citoyens en leur offrant un outil précieux leur permettant de rechercher et d’accéder à des contenus d’une importance considérable. Toutefois, ces initiatives soulèvent leur lot de questionnements juridiques qu’il convient de résoudre pour développer des stratégies d’archivage du web et de mise à disposition du public des archives web durables et respectueuses des intérêts en présence. La présente contribution propose une vue d’ensemble des principaux aspects légaux impliqués.

Exploring the 20-year evolution of a research community: web-archives as essential sources for historical research 

Interview de
Niels BRÜGGER, Aarhus University
Valérie SCHAFER, University of Luxembourg
par
Friedel GEERAERT, KBR
Nadège ISBERGUE, KBR
Sally CHAMBERS, Ghent Centre for Digital Humanities

Le projet PROMISE ne pouvait se concevoir sans aborder la question de l’accès aux archives du web belge. En effet, s’il est important de les sauvegarder, c’est en raison de leur importance comme sources d’information pour la recherche. Par conséquent, lors du colloque “Saving the Web: the Promise of a Belgian Web Archive”, l’accès et l’utilisation de ces archives spécifiques ont été largement abordés. Deux des intervenants lors de ce colloque, Valérie Schafer et Niels Brügger, ont accepté de partager leurs expériences respectives quant à l’utilisation d’archives web, celles-ci remontant parfois au début des années 2000.

Behind the scenes of the Belgian web archive: research opportunities and challenges

Patricia BLANCO, Internship at the Royal Library of Belgium during the PROMISE project ; MSc in Digital Humanities at KU Leuven

Lorsque le projet PROMISE a été lancé en Belgique pour mettre en place une archive web nationale, un chercheur en digital humanities a été autorisé à participer aux différentes étapes du processus d’archivage web : sélection et récolte des sites web, contrôle de la qualité des captures et accès aux fichiers archivés pour tester les outils de recherche. L’objectif était de connaître les besoins et les attentes des chercheurs potentiels, mais aussi les exigences et les limites techniques pour fournir un accès aux fichiers. Cet article résume les meilleures pratiques et les défis qui ont été identifiés au cours de l’expérience de ce chercheur.